Salut à toi Invité
 
AccueilPORTAIL2ConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

  Demoiselle au pompon rouge - Matelot Fusilier Marin - Dixmude 1914 PAR HUNTER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dudulle.69
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 12708
Age : 50
Localisation : En Normadie - In Normandy
Période de l'histoire préférée : INDO - Algérie - Tchad - Liban-...
Date d'inscription : 16/07/2006

10092015
Message Demoiselle au pompon rouge - Matelot Fusilier Marin - Dixmude 1914 PAR HUNTER

Revenir en haut Aller en bas
http://sixiemelegion.free.fr/

 Sujets similaires

-
» 1 er regt de fusiliers marin dixmude 1914 par PAD75
» Fusilier Marin Français Dixmude 1914, figurine Métal Modeles par Giacomel
» Fusilier Marin 1914 Dixmude - Métal model
» Fusilier Marin Octobre 1914 Bataille de Dixmude
» 14-18 Fusilier Marin de Métal Modèles
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Demoiselle au pompon rouge - Matelot Fusilier Marin - Dixmude 1914 PAR HUNTER :: Commentaires

Historique :
Lorsque la guerre éclate, la Marine dispose d'un surplus d'effectif de plusieurs milliers d'hommes qu'elle ne peut pas utiliser à bord de ses bâtiments. Le 7 août, les 1er et 2ème régiments de fusiliers marins sont créés, dans le but de combattre à terre. Réunis en une brigade forte de 6 000 hommes, sous le commandement du contre-amiral Ronarc'h, leur mission initiale est la défense de la Capitale et de sa banlieue.
Le 17 août 1914, les fusiliers marins de Lorient défilent sur le cours de Chazelles avant de prendre le train pour Paris. Il s’agit notamment des 700 apprentis fusiliers marins (les plus jeunes ont à peine seize ans et demi), de leurs instructeurs et des réservistes du dépôt de Lorient, anciens chauffeurs ou mécaniciens de la flotte. L’extrême jeunesse de ces soldats surprend les Parisiens qui leur donnent le surnom de « Demoiselles de la Marine ». Pour les Allemands, aussi surpris, ce seront les « Demoiselles au pompon rouge ». Ils sont bientôt rejoints à Paris par des renforts arrivant des autres ports de mer : Rochefort, Brest, Cherbourg et Toulon. Ces nouveaux contingents intègrent de nouvelles recrues qui étaient il y a encore peu des marins au long cours, pêcheurs ou caboteurs, et qui se transforment peu à peu en soldats, remplaçant par la capote le col ou la vareuse, accrochant des cartouchières au ceinturon.
Les fusiliers marins se battent les 9, 10 et 11 octobre pour protéger la retraite des troupes qui évacuent Anvers, puis décrochent vers Dixmude qu’ils atteignent le 15 octobre après une marche épuisante. Poursuivis par cinquante mille allemands, ces hommes habitués à vivre nu-pieds sur le pont de leurs bateaux, fournissent des marches de trente et quarante kilomètres. Le lendemain, 16 octobre, la ligne de défense des marins est à peine établie que les Allemands déclenchent à 16 heures leur première attaque par artillerie et infanterie. Les combats pour la possession de Dixmude viennent de commencer, opposant les 6 000 marins de l'Amiral Ronac'h et les 5 000 belges du Général Meiser à trois corps d'armées allemands, sous les ordres du Prince de Würtemberg.
(Source : http://philippe.millour.free.fr/GrandeGuerre/cadre_BFM.htm).
Je ne décrirai pas ici l’historique complet de la bataille, ce serait trop long. Il est très facilement consultable sur de nombreux sites internet.

Description :
Notre matelot, avec son allure juvénile, est l’une de ces fameuses « demoiselles au pompon rouge » qui tinrent tête aux troupes allemandes.

Il est en tenue règlementaire de l’époque, capote et pantalon bleu marine. Il porte bien évidemment son bonnet (appellation règlementaire du bachi) avec le ruban légendé (1er REGIMENT DE MARINS).
L’équipement est commun avec celui de l’infanterie, brelage, ceinturon, cartouchières pour fusil LEBEL. Sur son dos, ses affaires sont emportées dans le havresac surnommé « As de carreau ». Enfin, une musette mle 1892 pour conserver quelques vivres et un bidon pour l’eau.
Ce matelot s’est emparé de deux trophées, un bonnet prussien qu’il tient à la main et un pistolet P08 Luger passé dans son ceinturon.

Sur cette figurine, je n’ai fait que le montage !!
J’ai commandé l’ensemble des pièces à mon camarade PAD75.  Le prix est là mais je ne suis jamais déçu !!
Les brodequins et le LEBEL sont de chez BGT
Le bonnet allemand de DID
Le P08 de DML




















 

Demoiselle au pompon rouge - Matelot Fusilier Marin - Dixmude 1914 PAR HUNTER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIXIEME LEGION :: NOS CREATIONS :: PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - WWI-
Sauter vers: