Salut à toi Invité
 
AccueilPORTAIL2ConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 COMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dudulle.69
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages: 12241
Age: 47
Localisation: En Normadie - In Normandy
Période de l'histoire préférée: INDO - Algérie - Tchad - Liban-...
Date d'inscription: 16/07/2006

03012009
MessageCOMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS



Dernière édition par Dudulle.69 le Mar 01 Déc 2009, 20:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sixiemelegion.free.fr/
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

COMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS :: Commentaires

Re: COMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS
Message le Sam 03 Jan 2009, 10:26 par Dudulle.69
« Pour l’ensemble : GARDE A VOUS !
Les éléments de la brigade du Corps Franc qui opteront conformément à la déclaration du 9 juillet pour les Forces françaises d’Afrique du Nord et d’AOF (Afrique Occidentale Française) seront constitués en « commandos ».
Ces « commandos » seront rattachés à la 3ième DIA (Division d’Infanterie Algérienne) sous les ordres du général de Monsabert.
Les unités de commandos seront équipées et mises sur pied avec la même urgence que la 3ième DIA qui fait partie du 1er corps de débarquement.
Les officiers et hommes de troupe du Corps Franc d’Afrique opteront individuellement :
- soit pour servir dans les Forces Françaises Libres
- soit pour les unités de Commandos à créer auprès de la 3ième Division Algérienne

Signé : Le Général Juin »


C’est avec la lecture de cette note aux hommes servant dans les corps francs d’Afrique, qui viennent d’être dissous, que débute l’histoire du Groupe des Commandos d’Afrique (G.C.A).
Régiment frère du Bataillon de Choc, le G.C.A est constitué officiellement le 26 juillet 1943. A la différence du Choc qui est spécialisé dans les opérations aéroportées, le G.C.A. est une unité destinée principalement aux opérations amphibies. Une autre différence par rapport au Choc, réside dans le fait que les Commandos disposent d'armes lourdes et de nombreux véhicules.
Le G.C.A. a donc une double vocation :
- les opérations commandos et de débarquements amphibies,
- les fonctions d'une unité légère motorisée de reconnaissance.

Le Commandant BOUVET, qui était déjà le patron des Corps francs, en prend le commandement. L’unité part s’installé à Staouéli, près d’Alger, dans les locaux du bataillon de choc qui est parti combattre en Corse. Le recrutement commence, les volontaires qui arrivent principalement des colonies d’Afrique, sont de tous les âges (les plus jeunes n’ayant que 17 ans) et de toutes origines nationales ou confessionnelles. Sur les 2 à 3000 prétendants, seul 800 hommes (à 80% des pieds-noirs) vont passer les épreuves de sélection qui marquent le début de l’entrainement.
Equipé principalement par les américains, les hommes du G.C.A portent le casque français des troupes motorisées comme symbole de leur appartenance aux Forces Françaises Libres. L’armement est aussi principalement fourni pas les alliés US, mais certains opteront pour de l’armement anglais, allemand ou français. L’entrainement, de plus en plus dur, se poursuit jusqu’au mois de décembre 1943, date à laquelle, le G.C.A. va quitter le sol africain. Mais avant de partir pour la Corse, comme pour « officialiser » la création de l’unité, le commandant BOUVET présente le fanion à ses hommes. Composé principalement d’anciens des Corps Francs d’Afrique, BOUVET, avec l’accord du commandement, a fait inscrire le nom de la bataille de Bizerte au dessus du symbole de l’unité, leur devise « Sans Pitié » est brodée au revers. Cette devise résume parfaitement la manière de travailler des commandos, sans pitié pour l’ennemi, mais sans épargner leurs efforts et leur sang pour libérer l’Europe.
Arrivé en Corse début janvier, le G.C.A va s’installer le 17 à Saint Florent, petit port du Nord-est de l’île.
L’entraînement reprend et se durcit avec l’aide d’instructeurs britannique du commando N°9. Exercices à balles réelles, manipulation d’explosifs, entrainement au « close combat » et manœuvres de débarquement rythment les journées des commandos.
Début février, la première mission du GCA est ajournée à cause de la météo. Il faudra attendre le 18 mars 1944, pour que BOUVET emmène enfin ses hommes au combat. Il s’agit d’attaquer la garnison de la petite île de Pianosa, non loin de l’île d’Elbe, pour désorganiser les communications allemandes qui gênent la progression des alliés en Italie. La mission est parfaitement exécutée, même si tous les objectifs ne sont pas atteints. Les commandos rentrent avec seulement un blessé léger dans leurs rangs. Maintenant le G.C.A est opérationnel. Dans la nuit du 16 au 17 juin 1944, les Commandos enlèvent le Mont Tombone, la côte 314 et le Mont Puncio sur l'île d'Elbe, afin d'assurer la protection de la plage de Marina di Campo où le débarquement allié aura lieu. A la suite de ces faits d'armes, le 3e Commando reçoit des mains du Général de Gaulle, la Croix de Guerre, qu'il accroche à son fanion.
Direction la Provence et le sol de France, le 14 août 1944 à 22 heures, les Commandos s'apprêtent à embarquer dans leurs " rubber coats". A 0 h 30, les hommes prennent pied sur les plages du Rayol, Cap Nègre et Canadel. Le 15 août, la mission est remplie et la jonction est faite avec les troupes du Général O'Daniel, débarquées à Saint-Tropez et Cavalaire.
Il s'agit maintenant pour les Français d'accomplir le plus lourd de l'Opération de Provence," la part du lion ", dira le Maréchal de Lattre de Tassigny : prendre Toulon et Marseille.
Cette mission accomplie, ils continuent le combat, sans relâche, jusqu’au 25 octobre, date à laquelle le Groupe est enfin retiré du front. Durement éprouvés, les hommes ont combattu 71 jours d’affilés.
Il est de nouveau engagé en novembre, cette fois aux cotés des Chocs de Gambiez, pour libérer Belfort puis Colmar, participant ainsi, à la libération de l'Alsace.
En mars, un Commando aux ordres du Capitaine Bonnard est le premier à prendre pied en Allemagne. Il y accomplit des missions de destruction.
Après avoir franchi la Forêt Noire, les Commandos atteignent le Lac de Constance : la guerre est finie!

Noyau du 3ème Groupement de bataillons de choc dès le mois de janvier 1945, les Commandos d'Afrique se fondent avec lui, en novembre de la même année, dans le 1er régiment d'Infanterie de Choc Aéroportée (1er RICAP) sous le nom duquel ils feront mouvement en 1946 vers l’Algérie, puis, l'année suivante, vers l'Indochine.

Durant sa courte mais glorieuse existence, 400 hommes du Groupe de Commandos d’Afrique sont tombés au champ d’honneur.

Campagnes :
Tunisie 1943, Provence 1944, Allemagne 1945

Batailles :
Bizerte 1943.
Îles de Pianosa et d'Elbe 1944.
Le Canadel, Mont-Coudon, Vosges, Cernay, Belfort 1944.
Rhin, Forêt Noire, Allemagne 1945.

En savoir plus :
http://www.kouba-amicale.com/incAccueil/provence44.htm
http://www.museedesparas.com/parachutiste_militaire/histoire/commandos_afrique.htm
http://mapage.noos.fr/lasabretache/CFA.htm
http://bremond-sitefamille.ifrance.com/bremond-sitefamille/histoire/histoire_evenements/les%20commandos%20d%20afrique.htm
Re: COMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS
Message le Mar 01 Déc 2009, 16:59 par Dudulle.69


















 

COMMANDO D'AFRIQUE - CORPS FRANCS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIXIEME LEGION ::  :: -